levieuxfossile

levieuxfossile

le vieux bougon reprend du service

Trop c’est trop, le vieux bougon reprend du service.

            J’avais trop présumé de mon temps. On ne se méfie jamais assez de ce dernier. Or, il prend ses aises, il joue des coudes, déborde et s’installe, il exige, réclame toujours plus, grignote de la disponibilité, devient vite insatiable, n’écoute aucune doléance, chamboule les ordres d'importance, en un mot il requiert et prend son temps.

J’avais sous-estimé son despotisme dans la création d’une galerie littéraire. Se sont conjurés contre moi le temps de la réflexion, le temps de choisir des éditeurs, le temps de réponse de ceux-ci, le temps des discussions, des rendez-vous, le temps des catalogues et des choix, le temps de réception des livres, d’installation, le temps de rédaction des fiches de lecture, enfin quoi toute une armée bien difficile à manœuvrer.

Et le temps passe…

Mais trop c’est trop !  Je monte au créneau.

Je récupère du temps ! Mais pour proclamer, publier, proférer quoi ?

Eh bien ni dénoncer, ni grommeler, pas même annoncer quoi que ce soit mais vous demander, amis lecteurs, un service, une vigilance, mieux même, une alerte.

Je viens de prendre une décision justifiée par les évènements, les polémiques et le crétinisme institutionnalisé : boucler les informations !

            Car on nous bourre le crâne de sottises et propagande, l’une n’allant pas sans l’autre.

Dans le désordre, qu’ai-je à faire des cantonales et du Front National, des petites phrases toujours malveillantes et des sondages qui n’intéressent que les niais, de la destruction de trois camions en Libye alors que les reporters ne nous montrent jamais rien d’autre que le désert immense et aride, des affaires judiciaires qui occupent la moitié de nos journaux télévisés, du retour d’Aristide, le despote, en Haïti, du classement des sportifs les plus riches, des salaires ahurissants des patrons du Cac 40,  de l’Onu qui regarde s’entre-déchirer la Côte d’Ivoire, d’un Guéand qui s’entête dans sa croisade islamophobe,  du ni-ni, du bling-bling et j’en passe, oubliant  au passage ceux qui opposent les apprentis sorciers aux pétitionnaires du « zéro nucléaire», les uns aussi pernicieux que les autres.

Ouf !

La seule information qui vaille, autre que ce fatras, serait d’aider les infortunés japonais, mais avez-vous remarqué qu’ils ont quitté la une de nos journaux pour se retrouver derrière Marine, Martine, Nicolas et les autres ?

Alors, je coupe tout ! Radios, télévision, journaux, tout ce qui dessert l’actualité, tout ce que l’on nous impose, je le réduit au silence.

Amis lecteurs, prévenez-moi si une bonne nouvelle surgit, à quelque heure que ce soit, dans nos journaux, sur nos écrans de télévision ou bien sur les ondes.

Black-out comme disent les amoureux du parler français.

 

Et je reviens sur ce blog  chargé de bonnes nouvelles. Le printemps qui, sur les talus, mouchette de taches ensoleillées  violettes, perce-neiges et primevères, la sieste du chat sous le rosier, l’élégant journal de l’année par Hubert Nyssen, la jouissance délibérée devant trois seuls tableaux dans un musée, les réflexions que l’on sème au vent du large quand sous nos pas crisse le sable d’une plage déserte, l’écriture étonnamment libre du futile et de l’émerveillement dans la délicate Trame des jours de Lambert Schlechter…

…Tant de bonheurs à avouer, partager.

 

A bientôt.



25/03/2011
7 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 27 autres membres