levieuxfossile

levieuxfossile

J'aime beaucoup la Suisse...

J'aime beaucoup la Suisse et ses habitants. Et pour cause…

J'ai de nombreux amis au sein de la Confédération, souvent prompts à gentiment ironiser sur les travers de leurs voisins Français. Alors, je vais les égratigner à mon tour.

Parce que, pour tout vous dire, le vieux fossile nous refait le coup du père grognon. De l'ours mal léché. Du bougon de service.

Qui peut aujourd'hui ignorer que les Suisses ont voté contre les nouveaux minarets sur le territoire helvétique ? Le bougon a fait sa revue de presse, partout dans le monde, c'est un tollé contre la votation Suisse.

Votation bizarre, d'ailleurs. Le parti populiste demandait à nos amis helvétes de voter « oui contre ». Va falloir qu'un linguiste m'explique…

Ce « oui contre » était destiné à préserver la laïcité du pays. Le vieux fossile n'a pas à s'exprimer contre la démocratie. Sauf que :

-         L'érection d'un minaret n'a rien à voir avec la religion musulmane, tout comme un clocher n'a rien à voir avec le catholicisme, il s'agit tout au plus d'une émergence pour guider les croyants. Le « oui contre » ne concernerait donc que l'urbanisme. A savoir si quelques minarets peuvent détruite la Suisse aussi facilement que les barres d'immeubles, les voies ferrées et les autoroutes qui défigurent l'harmonie majestueuse du Léman.

Et s'il ne s'agissait pas d'urbanisme ? Alors ce serait une question de discrétion. On sait combien les Helvètes cultivent la réserve. Or, un minaret est beaucoup moins discret qu'un compte en Suisse…

Mais là n'est pas la raison du « oui contre ».

-         Suisse : 7,5 millions d'habitants.

400 000 musulmans.

14 % de pratiquants

4 minarets

Et malgré ces chiffres modestes, l'Islam est la seconde religion en Suisse. A ce titre, les musulmans n'ont-ils pas, eux aussi, droit à « leur clocher » ?

Et puis il est étonnant de constater que parmi les 26 cantons de la Confédération, ceux qui ont voté radicalement « oui contre » sont ceux les moins pourvus en immigration, essentiellement cantons agricoles où la vie des vallées ressemble au temps arrêté.

 

En fait, tout ce préambule n'est que prétexte au vieux fossile pour évacuer son persiflage. Vieux réflexes. En Suisse on dit volontiers : « Un pour tous, tous pour un ». En France on utilise volontiers le vilain : « Œil pour œil, dent pour dent ».

 

J'ai envie de confier beaucoup plus sérieusement à nos amis Suisses que l'intolérance religieuse qui sévit dans certains pays ne doit pas justifier chez nous un rejet d'intégration, car une meilleure reconnaissance de l'Islam pourrait servir à une intégration intelligente.

 

Tocqueville émettait des craintes sur l'inculture en régime démocratique. Effectivement, la xénophobie est principalement issue des couches les moins cultivées. Cultivons-nous, nous apprendrons ainsi à vivre ensemble.



01/12/2009
6 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 27 autres membres